Investissements dans le capital naturel en Chine

La Chine investit dans les services écosystémiques d’une manière remarquable, tant en en termes de volume que de durée et de degré d’innovation.

GEF/Flickr

GEF/Flickr

La Chine investit dans les services écosystémiques d’une manière remarquable, tant en en termes de volume que de durée et de degré d’innovation. Après la grave sécheresse de 1997 et les inondations massives qui ont suivi un an plus tard, la Chine a pris plusieurs initiatives nationales en matière de sylviculture et de protection de l’environnement. Ces initiatives représentent des investissements de plus de 100 milliards de dollars sur une décennie. Elles sont ciblées et visent à sécuriser le capital naturel mais aussi à réduire la pauvreté par le transfert de moyens financiers des provinces côtières vers l’intérieur des terres d’où sont originaires de nombreux services écosystémiques. Plus de 120 millions d’agriculteurs sont directement impliqués dans différents programmes afin de minimiser l’érosion des sols, combattre la désertification et protéger la biodiversité. Les objectifs de ce programme sont, entre autres, de réduire les risques d’inondations, de promouvoir l’écotourisme et de générer une agriculture plus productive.